Réduire la pollution numérique et ses effets sur l’environnement

5 min read

Si le numérique a révolutionné nos modes de vie, son impact sur l’environnement reste relativement important. La fabrication de nos appareils et équipements, l’utilisation des outils numériques ou encore la quantité d’énergie déployée pour les faire fonctionner sont autant de sources de pollution numérique qu’il est possible d’atténuer au moyen de gestes et choix simples, mais aussi grâce à des solutions technologiques adéquates. Ces dispositifs sont aujourd’hui accessibles aux utilisateurs professionnels, agences de production marketing, comme particuliers.

En quoi le numérique pollue-t-il ?

On n’en a pas toujours conscience, mais envoyer un simple mail ou regarder un clip vidéo en streaming a un impact écologique loin d’être anodin. Il faut déjà savoir que la fabrication de nos appareils électroniques – smartphone, tablette, ordinateur – exige l’extraction et la transformation d’une grande variété de matériaux qui sont autant d’activité énergivores. Une fois fabriqués, ces équipements continueront d’absorber de l’énergie, aussi bien pour la recharge que pour la connexion Internet. Rappelons que pour fonctionner, celui-ci a besoin de centres de données très gourmandes en électricité.

Mis de bout en bout, les activités digitales des entreprises et des particuliers représentent près de 5% des gaz à effet de serre à l’échelle mondiale. Autre chiffre parlant : le secteur informatique dans son ensemble consomme environ 10% de l’électricité mondiale.

Comment réduire la pollution numérique ?

Réduire la pollution numérique est au cœur d’enjeux écologiques et économiques forts. Pour être pertinente, la démarche doit impliquer tous les utilisateurs des outils numériques, et faire l’objet d’une stratégie globale prévoyant les moyens d’action appropriés. Par ailleurs, il est primordial de mettre en place des systèmes de quantification de l’empreinte carbone qui permettent d’avoir une mesure précise de l’impact écologique du numérique.

Au niveau des entreprises, où les technologies digitales sont très présentes, plusieurs dispositifs offrent la possibilité de mettre en œuvre une démarche plus écoresponsable. Outre le service de print management, le recours à des outils de test de performance en ligne tels que Google PageSpeed Insights contribue à responsabiliser les utilisateurs. Toutefois, il ne s’agit là que de solutions parmi tant d’autres. En effet, il est tout à fait possible de reproduire à plus grande échelle ces gestes en faveur de l’environnement.

Entreprises, fournisseurs supports communication, médias ou simples particuliers peuvent réduire significativement l’impact écologique du numérique en adoptant des réflexes simples comme nettoyer régulièrement sa boîte de réception – cela évite de surcharger les data centers – ne pas remplacer trop souvent les appareils informatiques ou bien encore limiter l’usage des objets connectés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *