Réaliser un investissement rentable en viager, est-ce possible ?

5 min read

Le viager est perçu par la plupart des Français comme étant une méthode fourbe d’acquisition d’un bien. En effet, bon nombre de personnes ont un point de vue inexact de ce concept à cause d’un film de Pierre Tchernia où il lorgne une famille et lorgne leur bien. À la fin, il enterrera un à un les membres de cette famille. Mais qu’en est-il réellement du viager et quels sont ses ressorts ?

 

Faire du viager un investissement gagnant

Avant même de se lancer dans un viager Ile de Ré, il est important de connaître les différents ressorts de ce concept. Le mot viager est originaire du « viage » ou « temps de vie ». Cette opération reste assez particulière, car elle consiste au propriétaire de vendre son bien à acquéreur en échange d’un versement ou bouquet. Celui-ci est un capital où une rente peut s’ajouter jusqu’à ce que le propriétaire soit décédé. Lors de la signature du contrat, les deux parties se mettent d’accord sur les différentes modalités de paiement.

 

Bien vendu occupé ou libre ?

Un viager libre est une situation où le débirentier (ou bien acheteur) peut jouir de son bien et y vivre ou le louer s’il le souhaite. En tant qu’acheteur, il pourra ainsi compenser au moins une partie de la rente grâce au loyer qu’il perçoit. Le vendeur y trouve aussi des avantages. Concrètement, si son état de santé requiert une prise en charge au sein d’un Ehpad, il pourra envisager de gagner une rente intéressante. Celle-ci sera la différence entre le coût d’hébergement et la pension de retraite.

 

Dans le cas d’un viager occupé, le débirentier décide de vivre dans sa maison ou appartement et le repreneur ne peut prendre possession du bien immobilier que lorsque le propriétaire n’est plus. Par ailleurs, le versement d’une rente mensuelle, d’un bouquet ou encore une rémunération exclusive sera décidée entre les deux parties.

 

Le mix rente/bouquet et le prix de vente

La détermination du prix de vente reste la première étape dans ce processus. Le prix correspond évidemment à la valeur vénale dont le DUH (valeur du droit d’usage et d’habitation) sera déduit. D’après les propos de Vincent Raynaud : « En viager occupé, c’est de cette manière que l’obtient la valeur de la nue-propriété viagère ».

 

Alors pour calculer le DUH, il faut tenir compte de l’âge du crédirentier, son sexe ainsi que son espérance de vie en se basant sur des renseignements fournis par un notaire. Concrètement, pour une femme avec une espérance de vie supérieure et par conséquent, occupera encore les lieux pendant des années, le mix bouquet/rente sera moins élevé.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.