Outils d’analyse décisionnelle : comment faire le bon choix

5 min read

Devenus des aides indispensables pour la bonne prise de décisions en entreprise et surtout pour les PME, les outils BI d’analyse décisionnelle sont aujourd’hui présents dans tous les systèmes informatiques des entreprises qui souhaitent rester dans la course.
Mais, beaucoup de services n’ont pas bien analysé les besoins en amont et se retrouvent avec un outil inutilisable, parce qu’inadapté ou trop compliqué à l’usage.

Les différents types d’outils d’analyse décisionnelle

En premier lieu, il faut savoir qu’il n’existe pas de solution BI standard pouvant s’adapter à toutes les entreprises. C’est la première erreur courante, la deuxième est de choisir sa solution analytique en fonction de la quantité de fonctionnalités qu’elle propose.

Dans le premier cas, l’outil BI risque de ne pas pouvoir répondre aux besoins de l’entreprise, dans le second cas, les utilisateurs peuvent se retrouver perdus dans les fonctionnalités, avoir du mal à le prendre en main et donc, passer à côté de l’apport d’un tel outil sur la prise de décision.

Il faut reconnaître qu’avec la multiplication des types de solutions analytiques, il devient de plus en plus difficile de faire son choix.

Se poser les bonnes questions

Voici une série de questions à se poser avant de faire son choix.
– Base de données : Est-ce que les bases de données sont brutes ou déjà triées ?

– Indicateurs de performance : Est-ce qu’ils sont clairement identifiés et définis ou est-ce qu’ils sont variables en fonction du contexte ?

– Fréquence d’analyse : Est-ce que l’analyse des performances va être ponctuelle ou est-ce qu’elle devra être faite à intervalles réguliers (tous les jours, une fois par semaine, une fois par mois…) ?

– Feuilles de calcul : Est-ce que l’intégration des données se fera à l’aide de feuilles de calcul provenant de différentes sources demandant une forte capacité de calcul ?

– Forme des rapports : Quels sont les besoins de l’entreprise et les habitudes des utilisateurs ? Tableaux, courbes, histogrammes, graphiques sectoriels, nuages de points, cartes géospatiales… ?

– Compétence des utilisateurs : Est-ce que les futurs utilisateurs ont des bases en analyse de données ? Savent-ils qualifier des données ?

La sélection en fonction de l’usage

Une fois ces questions posées, il ne vous reste plus qu’à choisir en fonction de l’usage entre le reporting, les tableaux de bord, la gestion de performance, l’intégration de feuilles de calcul, la BI en SaaS avec ou sans analyse OLAP, par tableaux croisés dynamiques ou avec découverte de données ou bien encore la visualisation de données.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *