Dératiseur en Ile de France : guide pour exercer le métier

5 min read

Envie de devenir dératiseur-désinsectiseur ? Alors voici quelques conseils pratiques pour vous aider à intégrer ce domaine essentiel pour la santé.

Dératiseur : quelles sont les spécificités du métier ?

En Ile de France, le dératiseur est chargé de limiter la propagation des rats et des souris dans une maison ou les éradiquer complètement. Le dératiseur peut ainsi, soit les attaquer, soit les capturer. C’est une intervention qui nécessite :

• Le diagnostic de l’existence des rongeurs
• L’évaluation du niveau de prolifération
• La localisation des endroits infestés
• Le choix des traitements à utiliser
• La mise en œuvre des techniques d’élimination proprement dite

Le travail d’un dératiseur ne se limite pas uniquement à l’éradication des rongeurs. Il doit également procéder aux traitements des endroits infestés par les cloportes, les loirs, les insectes et les mites de vêtement, qui font notamment partie des attributions d’un professionnel en dératisation ou d’un prestataire en désinsectisation et en désinfection.

L’intervenant peut toujours user de techniques mécaniques lors de son intervention. Toutefois, certains cas nécessitent l’usage de traitements chimiques. Il est de ce fait utile que le dératiseurs Ile de France sache quel produit choisir pour quel cas. Et ceci dans le respect total de l’environnement et de la santé des habitants.

Dératiseur : quelles sont les compétences requises à l’exercice du métier ?

Si vous souhaitez devenir dératiseur, vous devez disposer d’une bonne condition physique et de santé. En effet, vous serez amené à rester debout pendant des heures lors du traitement des souris ou des rats. Vous ne devez avoir aucune crainte pour les insectes et les souris. Vous devez également être insensible aux produits chimiques, car il est tout à fait probable qu’une intervention nécessite l’usage intensif de ces produits.

Certaines compétences sont aussi utiles, comme :
• Le déchiffrage d’un plan
• La familiarisation avec les différentes affections végétales
• L’aptitude à coordonner une équipe
• La connaissance des procédés de dépigeonnage
• La compétence en informatique
• La connaissance des techniques de lutte contre l’humidité
• Le savoir-faire en procédé de dératisation
• Le savoir-faire en saisie d’animaux errants

Quoi qu’il en soit, le respect des normes d’hygiène, de sécurité et de propreté est utile.

Les formations à suivre pour devenir dératiseur

Il est indispensable de suivre une discipline aboutissant à un BEP ou un CAP dans le domaine de l’hygiène et de l’environnement pour devenir dératiseur. La disposition d’une compétence additionnelle en électricité est aussi favorable.

Comments are closed.